Un monde en soi

Publié le par La musique, une nuisance qui s'honore

Bonjour!

 

                     Premier article du retour pour vous parler d'un des derniers spectacles avec le Quatuor Debussy: Un monde en soi.

 

un_monde_front.jpg

 

         Un monde en soi est une pièce pour quatuor à cordes et sept danseurs. Au niveau musicale, on trouve principalement des oeuvres de John Cage et d'Anton Webern (plus la sarabande de la 5e suite pour violoncelle seul de Jean-Sébastien Bach). Les chorégraphie sont signées Abou Lagraa.

         Cage, Webern, et danse contemporaine donc... Pas ce qui m'attire le plus d'habitude. Mais là, là, j'ai adoré. Vraiment. Danse et musique trouvent un équilibre, le son se fait mouvement, et le danseur donne un sens à la musique. Je n'ai pas tout compris, au sens où je n'ai pas retrouvé dans le spectacle le sens exact auquel Abou Lagraa pensait pour ses chorégraphie, mais j'ai l'impression d'avoir eu un petit coup d'oeil sur un autre monde.

        Difficile parfois de savoir ce qu'on regarde tant il se pasent de choses sur la scène. Les danseurs s'expriment à la fois dans une indépendance parfaite sans pour autant perdre la connexion qui les unit. Au final, tout peut passer d'un "chaos" total à un ordre parfait en un instant. Je ne voyais pas toujours le lien qui unissait les différentes parties du spectacle, mais ça ne m'a jamais paru incohérent.

         D'ailleurs, au niveau du travail du sens et de la cohérence, Abou Lagraa a choisit pour cette pièce de travailler avec le dramaturge Gérald Garutti. Je trouve qu'il s'agit d'une collaboration très réussie!

 

Voici le synopsis de l'oeuvre:

         "Au commencement était le vide. Un vide abyssal, dont la nature n'a jamais eu horreur, mais envie. Un désert absolu, qu'elle a dans la peau depuis la nuit des temps. Un pur néant, dont elle a jailli à l'aube du monde, et qu'elle abrite à jamais en son sein. Le rien, matrice du plein; le plein, foyer du rien: le joyau s'est fait écrin. De l'infime à l'immense, de  l'atome à l'étoile, le vide nous habite et nous hante, nous fonde et nous tente - nous enchante. Au fond de nous gît un noyau de  néant. Au coeur de l'intime s'ouvrent des abîmes infinis. Au centre de l'univers brûle un trou noir insatiable. Nous sommes bâtis sur une absence.
         Dès lors,  de  quoi sommes-nous faits? De l'étoffe de nos rêves et de poussières d'étoiles. D'espèces englouties et de vies antérieures. Chacun de nous est un univers en  expansion indéfinie, un creuset secret où,   en un sens,
se rejoue l'histoire du cosmos   tout entier. Ainsi, sur notre plateau  se noue  la création d'un monde, du dépouillement   des origines au foisonnement des générations, du chaos primitif à la complexité ultime.
         En  un  espace défini par la vibration   de seize cordes, telles sept sphères célestes, sept corps à histoire - aussi mouvants qu'émouvants - embrassent une grande traversée, du don de la  naissance  à  l'éveil  de  la   conscience,  de l'apprivoisement de soi à   l'appréhension de l'autre,  de  la  construction  de  son  identité  à la constitution de la communauté. Aux métamorphoses de l'être en perpétuel devenir répond    la    prolifération    des    modes    de relations: miracle de la rencontre,  surprise de l'altérité, éclat du désir, violence    des conflits, rêve de fusion, quête de la différence, fureur du dépassement, bonheur de  la reconnaissance, expérience de la solitude..."
Gérald Garutti

 

Pour ceux qui voudraient de plus amples informations sur le spectacle, je vous met le lien vers le site de la compagnie  La Baraka, où vous pourrez trouver un pdf sur "un monde en soi"...

 

Je vous mets ici les dates des représentations (en france) encore à venir...

 

Théâtre, Privas Le 30 novembre 2010

Centre Culturel, Sablé-sur-Sarthe Le 1er avril 2011

La Coursive, La Rochelle Le 13 avril 2011

Théâtre Olympia, Arcachon Le 15 avril 2011

Scène nationale, Bayonne Le 17 avril 2011

Scène Nationale de Sénart, Combs-la-Ville Le 7 mai 2011

Théâtre, Saint-Quentin-en-Yvelines Le 10 mai 2011

Tournée dans le département du Rhône, les 19,20,27,28 mai et 7 juin 2011

 

J'encourage vivement tous ceux qui peuvent à y aller!

 

Allez, pour terminer, petite vidéo avec un quatuor de Webern: "Langsamer satz", l'oeuvre musicale que j'ai peut-être le plus aimée dans le spectacle...

 

 

 

Publié dans Vous en pensez

Commenter cet article