"Se in fiorito" - partie 2

Publié le par La musique, une nuisance qui s'honore

Voici donc la suite de la comparaison!


3- La version chantée par Andreas Scholl

 

 

 

 

Tempo et Agogique :

- Globalement, je trouve l’air un peu lent, ce qui lui fait perdre un peu de sa légèreté (dommage au vu des paroles…). Seules les interventions du violon arrivent parfois à redonner un peu de "sautillant" à cette version.

- Dites… c’est moi ou M.Scholl est pas hyper précis rythmiquement dans ses ornements ? On a parfois même l’impression d’un très léger décalage avec l’orchestre ! Je n’ai rien contre le rubato, mais là… c’est un peu trop !

 

Equilibre :

- Un bel équilibre voix-violon-orchestre, qui permet un joli dialogue entre la voix et le violon !

- Le violon est d’ailleurs impressionnant de clarté et de précision… (pour pourrait peut-être être parfois un tout petit peu plus "fantaisiste".

 

Ornementation :

- A est déjà bien ornementé cette fois-ci. Pour moi c’est la limite maximale, mais ça passe ! (au-delà, on s’étire et on perd une nouvelle fois en légèreté !)

- B légèrement ornementé, mais je le trouve sombre, nerveux, presque tendu… Quand on se rappelle ce que chante César,* bof… on aimerait (surtout moi d’ailleurs !) un peu plus de "douceur " 

-  La cadence du violon est assez proche de celle que l’on trouve dans la version chantée par Sarah Connolly), je l’aime bien, elle se base sur l’air, permet de ramener A avec naturel et n’est pas trop longue.

- Réexposition de A : une ornementation différente de la première fois et proposée avec humour (possible grâce à une version filmée en représentation), qui passe bien avec l’image, mais difficilement imaginable sans. Je suis donc neutre sur cette ornementation (toutes les versions comparées n’ayant pas une mise en scène).

 

Voix :

- Une belle technique vocale, c’est indéniable, un timbre rond et chaleureux, mais peut-être un peu trop "clair " pour le rôle de césar ! Je suis allée voir l’air "empio diro tu sei", et je ne peux pas dire que la version d’Andreas Scholl soit ‘imposante’, on est face à un César un peu gentillet… Ce qui peut à la rigueur fonctionner dans cet air, mais même ici, j’aimerai parfois entendre des (petites) modulations du timbre.

- Au niveau de la diction, RAS tout va bien !

 

Nuances :

- comme chez Marijana Mijanovic, elles sont peu présentes, et on aimerait les entendre plus…

 

Moralité ? Une jolie version… « trop » jolie peut-être…

 

*"De la même manière, si la charmante Lydia chante la nuit, encore plus gracieuse, tous les coeurs s'éprendront d'amour pour elle.", oui, il parle de la nuit, mais bon…

 

4-La version chantée par Christophe Dumaux

 

 

 

 

Tempo et agogique :

- Introduction du violon un peu lente, elle mériterait un peu plus de gaieté

- L’air (A) par contre adopte un tempo plus allant qui me paraît plus juste, avec un joli rubato expressif. (Toute) petite réserve toutefois, le violon donne parfois un léger sentiment de précipitation.

- Une partie centrale (B), légèrement en dessous, ce qui paraît somme toute logique !

- Même remarque sur le début de la cadence du violon que pour l’introduction

- La conclusion à l’orchestre est prise elle au dessus des tempi employés jusque-là, mais permet une fin très joyeuse. Après, on aime ou pas, mais moi ça me va !

 

Equilibre :

- La vois ressort bien de l’orchestre sans pour autant s’en détacher fondamentalement.

- Le violon quant à lui mériterait d’être un peu plus traité en soliste car il se noie un peu dans la masse sonore dans les passages avec orchestre, on perd un peu le fil du « dialogue » entre la voix et le violon de ce fait.

 

Ornementation :

- Une première partie assez peu ornementée, (comme le fait aussi M.Mijanovic), ce qui permet de bien repérer la mélodie de l’air.

- B est très dépouillé au niveau de l’ornementation, mais la musicalité de la voix me paraît suffisante pour justifier cette absence de "décorations".

- La cadence du violon est (très) développée (près de 45’’ !) et quoi que virtuose, donne un peu l’impression de tourner en rond… je ne suis donc qu’à moitié convaincue.

- Le retour de A est plus ornementé que lors de sa première exposition, avec notamment en joli effet de « bulle qui éclate » (5’38’’). Plus ornementé, mais pas trop ! On tend vraiment vers la cadence finale dans un bel élan musical.

 

Voix :

- Un timbre clair, une belle projection vocale et une légèreté certaine dans les vocalises et ornements qui participent grandement au caractère joyeux de cet air.

- La précision technique de Christophe Dumaux est admirable

- Côté diction : là encore, rien à dire (pour moi qui ne suis pas chanteuse)

 

Nuances :

- On a ici une palette de nuances assez délicates mais présentes. L’air est de ce fait assez subtile… mais si je pinaille, je dirai que des pianos un peu plus osés auraient encore ajouté au charme !

 

Au final : une très belle version de cet air !!

 

Voilà pour cette petite comparaison ! Je ne vais pas mettre de note à chaque, là n’est pas le propos, je vous laisse mon classement personnel… à vous de me dire si vous êtes d’accord avec ou pas !


  1- Sarah Connolly

2- Cristophe Dumaux

3- Andreas Scholl

4- Marijana Mijanovic

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Pyrausta 04/06/2010 16:07


oui effectivement...sauf que j'ai triche en mettant des ex aequo..rires!!


Pyrausta 04/06/2010 11:29


A.Scholl effectivement a un léger décalage mais la faute en revient je pense à la lenteur de l'orchestre ce qui met à mal son souffle.Alors il precipite un peu .Jolie voix ronde et chaude.Humour
avec le dialogue violon voix (superbe la qualite de la violoniste!!!)ce qui donne un peu de peps ,surtout pour des gens comme moi qui ne sont pas tres "baroqueux"...)

Christophe Dumaux.Tres belle maitrise vocale et de tenue de souffle.Joli timbre.

Alors classement?
difficile!!!
1-Christophe Dumaux
2-A.Scholl et Mijanovic(je triche...lol)
3-S.Connolly

heu..j'espère ne pas me faire jeter de ton blog...
bonne journée!


La musique, une nuisance qui s'honore 04/06/2010 14:40



si tu sors! non mais!


bon, je plaisante bien sûr! chacun son appréciation! et c'est ça qui est bien dans la musique, il y a autant de vérités que d'individus!


(mais en fait, si on regarde bien, il n'y a que Sarah Connolly que l'on ait pas placée au même endroit!)